samedi, juin 03, 2017

Chers souverainistes, méditez Zbigniew Brzezinski

Zbigniew Brzezinski, décédé la semaine dernière, était le géo-stratège démocrate comme Kissinger est le géo-stratège républicain.

Que disait-il de l'Europe ?

« Les pays européens seront nos vassaux mais leur laisseront croire qu'ils sont nos alliés pour protéger leur amour-propre ». C'est un principe d'économie : si les Etats-Unis peuvent obtenir la vassalisation des pays européens en distribuant des satisfactions d'amour-propre, ils auraient tort de se priver.

Les souverainistes me font marrer : on est souverain parce qu'on est indépendant. Et on est indépendant parce qu'on est puissant.

Les « solutions » à la Le Pen sont idiotes : «y a qu'à fermer les frontières ». Certes, mais sans puissance, c'est crétin, on est juste l'Albanie.

Comment retrouver la puissance ? Par l'esprit et par une bonne stratégie. Tout cela nécessite du concret, sans quoi ce n'est que du blabla de comice agricole, pardon, de talk show.

Par l'esprit ? Retrouver nos frontières n'est pas le début du paradis sur terre, mais le début de l'effort collectif (par opposition à la souffrance d'individus atomisés par le Léviathan). On parle là de philosophie, de doctrine et de charisme. De Gaulle appelant en 1958 les Français à l'effort est un excellent exemple. Le principe politique est décliné en décisions.

Par une bonne stratégie ? La souveraineté de l'Europe ne se trouve ni de l'autre coté de l'Atlantique ni de l'autre coté de l'Oural. Elle se trouve en Europe (quelle trouvaille !). L'Europe a, par sa position géographique, un rôle de balancier entre la Chine et l'Amérique. A elle de se rappeler de ses atouts et de les faire valoir (conférence de PY Rougeyron sur la France et la mer).

Le projet euroipéiste enferme la France sur le continent dominé par l'Allemagne, la rabougrit. Il est temps que la France se rouvre au monde (et non à «l'Autre »). Et cette ouverture se fera par la mer.

Les circonstances y sont favorables :

Rupture entre le monde Anglo-Saxon et le monde Européen.

Nous souffrons de la nullité crasse de nos politiciens, dont la pensée stratégique est inexistante, stérilisés qu'ils sont par l'européisme. Sans compter qu'en plus un atlantisme de laquais les achève.

Mais les Français sont aussi coupables : de même qu'ils sont mal venus de se plaindre du désastre économique alors qu'ils refusent de sortir de l'Euro, mère de toutes les batailles (1), à force de voter pour des techniciens sans vision de la France, on ne peut avoir que les gratte-papiers.




***************
(1) : comme dit Charles Gave : « Que les Français acceptent que leur industrie soit détruite par les Allemands, voila qui ne regarde que les électeurs français, attachés à l’euro comme un pendu l’est à sa corde. »

Aucun commentaire: