dimanche, mai 20, 2007

Marie-Madeleine Fourcade, un chef de la Résistance (M. Cointet)

FFFF

Cet ouvrage était évoqué par la NRH pour rappeler que la Résistance n'était en rien, vraiment en rien, l'exclusivité de la gauche.

Cependant, c'est une biographie qui n'a absolument aucune vocation polémique, écrite par une proche mais sans complaisances .

Marie-Madeleine Méric (Fourcade est son nom de remariage d'après-guerre), ravissante jeune femme de 33 ans, mère de famille, issue des milieux d'extrême-droite, se retrouve chef du réseau d'espionnage Alliance après l'arrestation de Georges Loustaunau-Lacau dont elle était l'adjointe.

On y retrouve, comme dans la biographie de Lucie Aubrac, la difficulté d'être mère et de vivre dans la clandestinité.

Le cas de Marie-Madeleine Fourcade est d'autant plus remarquable qu'elle se révéla en pratique douée pour la fonction de chef de réseau. Pourtant, elle n'eut pas l'honneur d'être faite compagnon de la Libération, misogynie de l'époque ?

En tous les cas, un livre passionnant à lire.

Le mémorial d'Alliance
est disponible sur internet. Il y a notamment le discours d'hommage racontant la vie dans la clandestinité.

Ajout du 21/05 : dans ma distraction, j'ai oublié de vous signaler un point important, qui est la seule véritable allusion de cette biographie à la France contemporaine.

Dans la conclusion, l'auteur nous rappelle, suivant les mots de Lucie Aubrac, que la Résistance, dont Alliance, a témoigné de l'extraordinaire vitalité de la société française, notamment de la classe moyenne, qui fut souvent négligée par l'historiographie (on devine là une allusion au mythe de la Résistance propriété de la gauche). Marie-Madeleine Fourcade qui, pour bien les connaître, se méfiait des politiciens et des généraux, de la politique en général, s'est appuyée en toute confiance sur des Français courants.

Malicieusement, Michèle Cointet conclut que la France de Marie-Madeleine Fourcade n'est pas la France qui tombe.

Ces mots de la fin ne peuvent que faire chaud au coeur au libéral que je suis : si je crois, comme N. Baverez, que l'Etat est un boulet pour la France, je sais aussi qu'il y a dans le pays des ressources qui ne demandent qu'à être libérées. Il n'y a de richesses que d'hommes.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Mr boizard,
un petit mot sans aucun rapport avec l'article (fort intéressant par ailleurs, 3 trois sujets sur trois femmes en 24 heures?)
Je suis tombée par hasard sur un "journal de gauche" qui me semble de bonne augure (je ne suis plus de gauche, mais son état idéologique m'inspire de grandes inquiétudes, et je suis à la recherche de tout signe de renaissance)
Voilà, ça s'appelle "respublica, le journal de la gauche républicaine".
Pour mémoire, je suis la personne qui avait fait une intervention sur votre blog sur les "vaches qui pètent" et une autre sur le blog de L.Monnerat sur les fruits et légumes..
PS j'ai trouvé que Juppé était très bien chez Moati, hier, je désespérais vraiment d'entendre ça dans la bouche d'un politique.

fboizard a dit…

"un petit mot sans aucun rapport avec l'article (fort intéressant par ailleurs, 3 trois sujets sur trois femmes en 24 heures?)" Savez vous que je me suis vu un jour accusé d'être "macho", par une personne probablement de pauvre jugement il est vrai, elle est ségoléniste militante ?

"respublica" Ca ne serait pas chevénementiste, cette revue ?

L'écologie : je garde l'écologie gouvernementale avec beaucoup de méfiance, comme un nouveau prétexte pour nous imposer taxes et règlements.

La solution aux problèmes écologiques, c'est la croissance et la technologie, pas l'Etat.

Jason a dit…

Bonjour,

Je suis un Canadien anglais qui cherche d'info sur M-M Fourcade. J'ai l'espoire que vouz pouvez m'aider.

Je cherche une liste de ses medailles et decorations recus durant ca vie.

Merci,

Jason
medals@medalmounting.ca