lundi, janvier 16, 2017

Taxicab confessions

Donald Trump fait un usage politique de Twitter. Je n'imagine pas qu'il n'en ait pas discuté avec son entourage et que la chose n'ait pas été débattue (si ce qu'on peut lire du fonctionnement de l'équipe Trump est exact). Dalrymple ne semble pas l'avoir compris, il n'est pas chauffeur de taxi.

Il est vrai que l'attaque de Trump contre Streep n'est pas sa meilleure.

Pour le reste, Dalrymple suggère tout de même, avec son air délicieux de ne pas y toucher, que :

1) n'importe quel chauffeur de taxi est meilleur juge des choses de la vie que Meryl Streep.

2) les étudiants sont des enfoirés (ma traduction de « evil bastards »).

C'est moi qui souligne :

Taxicab Confessions

by Theodore Dalrymple

January 14, 2017

The question of intellectual and moral authority is an important one, especially at a time when everyone can and does give his opinion in public about anything and everything. By intellectual and moral authority I do not mean authority in the legal sense, according to which some people are licensed to speak in a certain context and others are not. I mean rather the natural authority that derives from thought or knowledge that is out of the ordinary.

In other words, whom to believe—or at least to take seriously—in our unprecedented cacophony of opinion?

I suppose all ages have had their charlatans, and in no age has credence been placed in what someone says precisely in proportion to his real authority to say it. Is there anyone who has never been taken in by false credentials or by a bogus air of competence and knowledge? As a doctor I have often exuded a confidence to my patients that I by no means felt. Having been seriously ill myself, however, I know only too well that the last thing a patient wants is a Dr. Hamlet, scrupulously doubting the veracity of his own opinion.

“If there is one person in the world who does not have the right of spontaneous free public expression, it is the President of the United States.” The attention given to the opinions of people from the world of entertainment—essentially actors and pop stars—irritates me. Actors strike me as unlikely gurus because those who spend their lives imitating others are unlikely to have firm principles or even personalities of their own. In practice, moreover, the opinions of actors and pop stars are drearily uniform: When it comes to bad things that might cause suffering, they are always against them.

I cannot imagine why anyone should take any notice of what such people say—except, of course, that being kept constantly entertained is the main purpose of many people’s lives, and they naturally assume that those who entertain them are therefore of immense importance and authority. At any rate, this must be the premise on which the news media report that rock guitarist A wants to save the whales, and actor B is worried about the fate of children in Burkina Faso (formerly the Upper Volta).

Of course, such people have as much right to their opinions as anyone else, but the deference given them by the publicity they receive is rather odd. It is a bit like the publicity given more than a century ago to the testimonials of aristocrats about the value of patent medicines, as if a hereditary title conferred special insight into the pharmacology of bowel movements.

It was only to be expected that Meryl Streep should use the occasion of the presentation of the Golden Globes lifetime achievement award to prove her virtue by criticizing the president-elect, Donald Trump. Mr. Trump is a target whom it is almost impossible to miss, and therefore, insofar as everyone needs an object of disdain and reprobation, he performs a valuable public service. Even quite bad people can, with some justification, feel morally superior to him in some respect or other.

Ms. Streep’s attack was neither unexpected nor original. If instead she had come out in favor of Mr. Trump’s Mexican wall, and furthermore threatened Mexico with war if it did not pay for it, her speech would have been marginally more noteworthy; but as it was, Mr. Trump’s response was the more interesting. He seems to have a rhinoceros hide and a very thin skin at the same time.

He at once replied that Ms. Streep was overrated, presumably as an actress. This was a very adolescent reply. I know nothing of Ms. Streep as a person, whether she is good or bad or something in between the two (as most of us are), and I am not interested; but she is a very good actress, and this would be so even if she were a Nazi, a Communist, a flat-earther, a vegetarian, a spiritualist, a sadomasochist, or a child molester. Her acting ability has nothing to do with the justification of her opinion (or lack of it); and for the president-elect to react like a child in a playground quarrel is alarming. Someone should take his mobile phone from him. If there is one person in the world who does not have the right of spontaneous free public expression, it is the President of the United States.

But to return to my original question, if I do not believe in the intellectual and moral authority of persons such as Meryl Streep, in whose intellectual and moral authority do I believe? If not actors’ and rock musicians’, whose?

My answer is simple: that of taxi drivers. A lot of my information about humanity and the world comes from taxi drivers, and on the whole I have found them more reliable, accurate, intelligent, and realistic than, say, the commentators in the Financial Times. They are generally much more interesting, too, and express themselves more vividly, even if English is their seventh language.

I was once in Singapore trying to catch a taxi. You cannot just hail a taxi on the street in Singapore, you have to go to a taxi stand. This I did, but still no taxi would stop for me. The taxis swept past me as if I did not exist. Then someone came and hailed a taxi about two feet to my right. A taxi stopped immediately and took him. Was this some kind of discrimination, in the politically correct sense of the word? No: When I stood two feet to the right of where I had been standing, a taxi stopped for me immediately.

I told the driver of my experience and he, Chinese without a great deal of English, replied, “Singapore velly, velly law.”

Have you read anything in the Financial Times, or any other serious newspaper, that so succinctly and accurately sums up a country or society?

Take another example, more recent. I was in an English university town where I took a taxi from the station to the university. We fell to talking, the driver and I, and to keep our conversation going I asked him whether the students were nice.

“No,” he said, “they’re evil bastards.”

This judgment was so spontaneous, so deeply felt, and so obviously the fruit of what sociologists call lived experience, that it could only have been true.

When I was young, I was told that if you wanted to know the time, you should ask a policeman. If you want to know what the world is like, ask a taxi driver.



dimanche, janvier 15, 2017

Trump continue à bien me plaire

Donald Trump s'en prend à une icône des droits civiques

C'est bien, c'est très bien.

C'est peut-être injuste pour l'homme visé par Trump, je n'en sais rien. Mais, dans la véritable guerre qu'il faut mener à la dictature du politiquement correct, c'est une bonne tactique : une des techniques du politiquement correct pour nous imposer ses tabous et ses idées, c'est de nous cerner de prétendues "icônes" (remarquez le vocabulaire pauvre, stéréotypé ... et religieux) qui seraient intouchables et impossibles à critiquer.

Ainsi, en France, Christiane Taubira, proclamée "icône" par une certaine presse, devenait impossible à critiquer sous peine d'encourir la peine de mort sociale qu'est l'accusation (d'ailleurs, le soupçon suffit) de racisme.

Il est donc sain à long terme que Trump ne plie pas, même si à court terme, ça tache.

Bien sûr, je préférerais vivre dans un monde dans lequel les débats seraient entre gens de bonne foi et les arguments justes et équilibrés.

Mais ce n'est pas le monde dans lequel nous vivons et les excès de Trump (qui ne sont pas si excessifs, examinés de près) sont nécessaires pour briser le cercle de fer du politiquement correct.

Agression à l'acide chlorhydrique à Echirolles en Isère : le suspect a fui en Algérie

PETER HITCHENS: For once Donald Trump is right - these sordid claims stink (and you can take that from a man who knows a lot about seedy stings in Russian hotels)

Ou en français :

Les coups de pied de l’âne démocrate …

Hé oui, nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours. Il serait peut-être temps de s'en souvenir.


Portrait d'un homme heureux, André Le Nôtre1613-1700 (E. Orsenna)

Les ignorants font ce qu'ils savent faire de mieux : ils méconnaissent. Il est ainsi de bon ton chez les imbéciles de trouver les jardins à la française trop géométriques, trop droits.

Ils ne savent pas une chose : tout jardin un tant soit peu travaillé, français, anglais, italien, japonais, chinois, est un rébus, et les jardins à la française pas moins que les autres. Et, inversement, les jardins anglais ne sont pas plus naturels que les jardins français.

Les jardiniers français, entre autres, jouent avec le visiteur, entre les symboles explicites et les effets optiques.

On découvre en marchant que telle allée qu'on croyait droite et sans mystères dissimule des escaliers et n'est pas tout à fait droite, que tel bosquet raconte vu d'en bas l'histoire exactement inverse de celle qu'il raconte vu d'en haut,  que les sujets des statues nous envoient un message etc.

Je ne suis pas original. A Versailles, mes bosquets préférés sont les trois fontaines, la salle de bal et les bains d'Apollon. Le chateau n'a guère d'intérêt, mais les jardins sont une merveille de la France, comme le Mont Saint Michel ou Notre Dame de Paris.


vendredi, janvier 13, 2017

Zemmour et les collabos

A partie de la 47ème minute (et vous pouvez regarder ensuite Tanguy Pastureau) :

Zemmour et Naulleau 11 Janvier 2017

Dans ce dialogue avec Moix et Naulleau (on remarquera la conception « équilibrée » du débat télévisuel à la française : Z. seul contre trois, l'animatrice n'étant pas vraiment neutre) , Zemmour a eu raison de ne pas céder un pouce de terrain, de ne pas faire une concession.

En effet, c’est un problème aussi vieux que le monde : les radicaux, les envahisseurs, les révolutionnaires ne pourraient rien s’ils restaient isolés. Ils ont besoin de l’aide du marais, les collabos mous qui minimisent le danger, nous invitent à regarder ailleurs, détournent l’attention, discutaillent en tournant autour du pot et permettent aux violents de progresser jusqu’à ce qu’il soit trop tard (ou presque).

Ne pas mettre le doigt là où ça fait mal, ne pas assumer les situations conflictuelles, donner la préférence à l’abaissement, au renoncement, préférer faire soi-même toutes les concessions plutôt que d’en exiger aucune de l’Autre. Ne pas voir ce qu'on voit. Et ne pas en tirer les conséquences.

Les collabos nous donnent toujours la même justification : le pacifisme. Ils n’hésitent pas à se parer de la vertu et à peindre ceux qui veulent réagir sous les couleurs les plus noires : bellicistes, extrémistes, diviseurs, manquent de nuances, de finesse etc. Et en plus, les collabos ont généralement le culot de se prétendre intelligents ou, au moins, rusés. Toi qui veux te battre immédiatement, sois plus intelligent, sois raisonnable, temporise, procrastine, manœuvre, contourne, agis mais pas tout de suite attends le moment propice … jusqu’à que le désastre soit si avancé qu’il ne soit plus possible d’agir.

Si De Gaulle avait été « nuancé » et « intelligent » à la manière des collabos, il ne serait jamais parti pour Londres.

Moix et Naulleau ont été à juste titre vexés de se faire traiter de collabos : il n’y a que la vérité qui blesse. Zemmour a bien fait.

Le travail des collabos est d'autant plus facile  qu'il suffit que les non-violents ne se sentent pas soutenus face aux violents pour qu'ils cèdent du terrain (c'est pourquoi les violents n'ont plus besoin d'exercer la violence, la simple connaissance de leur extrême « susceptibilité », la proverbiale « sensibilité » des banlieues du même nom, suffit pour qu'ils obtiennent ce qu'ils veulent. C'est pourquoi la quiétude des banlieues françaises est inquiétante : c'est la preuve de la victoire des barbus. C'est le calme de la soumission, non celui de la concorde) :

Cette France abandonnée aux islamistes

Georges Bensoussan : « L'antiracisme dévoyé a fait taire le peuple français »

Profs, médecins, policiers ... Ils brisent la loi du silence






jeudi, janvier 12, 2017

Remettre dans le le bon sens la doctrine catholique sur l'immigration

Les catholiques qu'on voit et qu'on entend  dans le poste déconnent complètement sur l'immigration.

Mais, s'ils sont, à juste titre, inquiétants, ce ne sont pas les seuls catholiques ni les plus fidèles à l'histoire de l'Eglise.

Les mitrés, eux, sont fidèles à eux-mêmes : dès qu'ils causent de politique, c'est la foire du slip. Comme le fait remarquer, Alain Besançon, l'analyse du communisme par le Vatican dans les années 20 était juste et profonde, pourquoi a-t-elle été révisée ensuite pour aboutir à de fâcheuses complaisances ?

Allez, on attaque avec Carl Schmitt :

La notion de politique de Carl Schmitt

*************
Le Christ et l’Église catholique à sa suite recommandent d’aimer ses ennemis et de prier pour eux et leur salut. Schmitt rappelle à ce sujet la distinction latine entre inimicus (ennemi personnel) auquel l’Évangile fait référence et hostis (ennemi politique). Pour illustrer son propos, il donne l’exemple suivant :

« Dans la lutte millénaire entre le christianisme et I ’Islam, il ne serait venu à l’idée d’aucun chrétien qu’il fallait, par amour pour les Sarrasins ou pour les Turcs, livrer l’Europe à l’Islam au lieu de la défendre. L’ennemi au sens politique du terme n’implique pas une haine personnelle, et c’est dans la sphère de la vie privée seulement que cela a un sens d’aimer son ennemi, c’est-à-dire son adversaire. »

Cette citation brille par son actualité. Face à l’invasion migratoire et à la place de plus en plus importante que prend la religion mahométane en France, l’Église catholique dans la continuité du Concile Vatican II propose aux chrétiens d’accueillir l’autre sans distinguer l’étranger en tant qu’individu de l’étranger en tant que masse politique. Pourtant, si un chrétien doit aider l’étranger en tant qu’individu lorsque ce dernier lui réclame de l’aide, d’un point de vue politique, l’Église et la sphère étatique doivent se prononcer contre cet afflux considérable d’étrangers qui présente une menace pour le bien commun et l’unité du pays (insécurité culturelle, baisse des salaires, danger pour la foi catholique, violences interethniques etc.). Carl Schmitt le confirme d’un point de vue conceptuel : lorsque l’antagonisme extérieur consistant à distinguer les nationaux des étrangers disparaît, l’État peut perdre son unité politique et l’antagonisme risque alors de se situer à l’intérieur de l’État à travers une guerre civile.
*************

On continue avec Dandrieu :

Éric Zemmour: « Pour qui sonne le glas ? »

*************
Laurent Dandrieu n'est pas Lénine, mais il pose quand même la question fatidique: que faire ?

Il ne prône pas la Révolution mais la révolte. Une sorte de dissidence qui s'appuie d'abord sur les témoignages des chrétiens d'Orient, qui connaissent mieux que personne l'islam réel, et non l'islam fantasmé en Occident: « Nos souffrances d'aujourd'hui constituent le prélude de celles que vous, Européens et chrétiens occidentaux, subirez aussi dans un proche avenir…Vous dites que tous les hommes sont égaux. L'islam ne dit pas que tous les hommes sont égaux. Vos valeurs ne sont pas les leurs. Si vous ne le comprenez pas à temps, vous deviendrez victime de l'ennemi que vous avez accueilli chez vous » (Mgr Amel Shimoun Nona, archevêque chaldéen de Mossoul dans le Corriere della Sera).

Dandrieu dénonce les chimères de certains exégètes bienveillants de la parole papale qui y voient une inspiration prophétique de celui qui compte bien convertir à la fin des fins les millions de musulmans qui déferlent sur le continent européen, comme l'Église avait christianisé les «barbares» francs ou normands à la chute de l'Empire romain. Mais, pour l'instant, c'est l'islam qui convertit les jeunes Européens déchristianisés en mal de spiritualité et de repères. Dandrieu évoque les erreurs politiques que le Vatican a accumulées au cours du XXe siècle, dans un mélange de fausse habileté et d'ingénuité qui ressemble beaucoup à son comportement actuel vis-à-vis de l'islam, lorsqu'il rallia la République en 1892, condamna l'Action française ou abandonna les cristeros mexicains en 1926. Dandrieu aurait pu ajouter que le Vatican n'a guère été plus lucide face au communisme stalinien dans les années 1950, comme l'a rappelé avec autorité Alain Besançon dans son dernier livre.

Enfin, et surtout, notre auteur note avec pertinence que l'Église n'a pas toujours tenu ce discours exclusivement universaliste, mais qu'elle l'a longtemps équilibré dans une dialectique subtile par un attachement aux patries, aux nations, aux cultures enracinées. « Toutes choses étant égales, les plus proches ont un droit de priorité », disait ainsi saint Thomas d'Aquin.

C'est le point sans doute le plus audacieux de cette dissidence: jouer l'Église d'hier contre l'Église d'aujourd'hui ; opposer la tradition millénaire d'un christianisme européen contre un christianisme mondialisé qui ne serait plus qu'une ONG. Saine colère et utile révolte. Instinct de survie de peuples européens condamnés à mort par l'Histoire et le mépris de tous les puissants, dont l'Église.
*************






Tintin au pays des Soviets colorisé (mais pourquoi n'est-il pas venu en France ?)

Tintin au pays des Soviet a été colorisé. Les colorisateurs sont-ils venus s'inspirer de la France de 2017 ?

Car les socialistes qui trainent François Hollande dans la boue ignorent ou font semblant d'ignorer que celui-ci est un président très socialiste, façon communisme insidieux.

Car jamais la liberté individuelle n'a autant reculé, la solidarité et les traditions n'ont été dissoutes, l'Etat n'a été autant envahissant. Je vois mal ce que les socialistes peuvent reprocher à Hollande.

L’épidémie de grippe engorge les hôpitaux français : y a-t-il encore un médecin libéral dans l’avion France (et comment en sommes-nous arrivés là) ?

**************
La politique dogmatique anti- secteur privé menée par Mme Touraine a évidemment dégradé la couverture médicale en ville, avec des jeunes médecins qui n’osent plus s’installer tant les pouvoirs publics ont déprécié l’exercice libéral. Les cliniques privées ont été exclues du service public, i.e. que plus aucune clinique ne peut obtenir de nouvelle autorisation d’ouvrir un service d’urgences. Le rééquilibrage ville-hôpital nécessite de réformer simultanément les deux piliers de la médecine française pour les rendre plus solide dans le nouveau monde. Dans l’esprit du modèle français, cela signifie de renforcer la médecine libérale en ville et de maintenir la mixité public-privé à l’hôpital (avec l’hôpital public comme pilier). On a détruit le modèle français sans proposer d’alternative. Il va falloir reconstruire lors du prochain quinquennat.
**************

Et l'école française ressemble au goulag (la surveillance et l'humiliation des zeks par d'autres zeks) :

Harcèlement scolaire: l’école moderne est responsable. L’idéologie de la “bienveillance” a construit le phénomène

**************
En voulant éradiquer l’humiliation des élèves par le professeur, l’école moderne a construit l’humiliation des élèves par leurs semblables. En invitant les « apprenants » à échafauder eux-mêmes leur propre savoir, elle a confisqué l’autorité du professeur. En cherchant par tous les moyens à faire de ce dernier un égal de l’élève, elle a fait de lui un être pas davantage capable de le protéger que ses camarades. 

« Traiter tous les hommes avec la même bienveillance et prodiguer indistinctement sa bonté peut tout aussi bien témoigner d’un profond mépris des hommes que d’un amour sincère à leur égard » disait Nietzsche. On ne saurait mieux résumer l’idéologie de l’Education nationale.
**************

Mais lui, Tintin, il est plus classe, il n'a pas un scooter, il a une auto.








mardi, janvier 10, 2017

The servile Mind (K. Minogue) … Presque

Je m’aperçois qu’en 2014, je vous ai promis une recension de The servile mind, par Kenneth Minogue, que je n’ai jamais faite … et que je ne ferai pas aujourd’hui !

En revanche, je peux vous proposer ce texte :


La thèse de Minogue : notre démocratie (moderne et occidentale) érode la vie morale, qui est la condition même de fonctionnement de la démocratie (chaque citoyen doit être capable de porter un jugement moral, personnel, qui lui appartienne, pour que la démocratie fonctionne). Le  socialisme libertaire, liberalism en anglais, fait qu’on délègue à la collectivité sa responsabilité individuelle, donc son jugement moral. Emettre l’opinion « correcte »  et « faire les bruits "corrects" » deviennent un substitut au jugement propre. Tout l’édifice intellectuel de la démocratie en devient bancal.

On aboutit donc à une série de paradoxes : les qualités pour être élu ne sont pas les qualités pour gouverner, les citoyens réclament toujours plus de libertés mais s’en remettent de plus en plus à l’Etat, etc.

La résolution de ces paradoxes se fait par la proposition suivante : nous ne vivons pas dans une démocratie mais dans une oligarchie dont les oligarques ont l’intelligence d’entretenir l’illusion de la démocratie. Ce que Maurras avait dit (il n’a pas dit que des conneries, même s’il en a beaucoup au compteur) : « La démocratie, c’est ce régime où les démocrates décident pour qui on a le droit de voter ».

Par quel mécanisme en est-on arrivé là ? Très simple : en collectivisant les devoirs personnels. La justice et l'équité, c'est très bien tant que c'est un devoir qui s'impose à chacun. Mais si cela devient un devoir de la société, cela se transforme en chasse infinie aux inégalités, puisque la nature humaine est inégale, chasse qui opprime et qui emprisonne. Nous connaissons, hélas, le mécanisme par coeur : à chaque « inégalité » résolue par une privation de liberté, on  nous trouve une nouvelle « inégalité » à chasser, qui se résoudra en une nouvelle privation de liberté.

Minogue était un conservateur burkeien : ce qui fait vivre une démocratie, ce n’est pas la théorie, ni même les lois, ce sont les traditions, les coutumes, les habitudes et ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas une tradition qu’elle mérite d’être supprimée. On est, bien sûr, à l’opposé du positivisme contemporain, qui éradique ce qu’il ne comprend pas, c’est-à-dire tout.

Dommage que Minogue soit décédé en 2013, je suis curieux de savoir ce qu’il aurait pensé de l’élection de Trump.

Pour notre universitaire de service, Curmu, un extrait de la nécrologie de Minogue :

Minogue came to take a jaundiced and uncompromising view of contemporary British universities, in 2006 describing most of them as decadent institutions « full of unsophisticated people with opinions about how society and its members ought to conduct themselves ».



L’avenir de la Russie est pas rose, l’avenir de la Russie est morose

Vladimir Poutine est le gagnant de l’année 2016.

Mais ses succès sont de court terme : ni l’économie ni la démographie ne sont en pleine forme et les perspectives ne sont folichonnes.


Quant à la diplomatie et à la politique étrangère, il va falloir transformer les coups de 2016 en succès durables et, vu le merdier qu’est l’Orient compliqué, je lui souhaite bien du courage. C'est toujours mieux que la diplomatie française, qui ne sait pas où elle est et ignore où elle va.

Aux royaume des aveugles ...

C'est pour relativiser le tapage autour de Poutine.

lundi, janvier 09, 2017

Etats-Unis : la vision très optimiste de Charles Gave

Trump me paraît toujours exagérément optimiste mais, en même temps, ça fait du bien.

La roche Tarpéienne est proche du Capitole







Emploi et immigration : un billet décapant d’Eric Verhaeghe

********
Pourquoi un entrepreneur aide un clandestin

Bien sûr, il y a le bla-bla bobo récurrent sur les 5 ou 6 millions de chômeurs en France qui rêvent chaque matin de travailler et qui supplient la terre entière de les faire sortir du chômage, mais le méchant capitalisme leur refuse ce droit. Et puis il y a la réalité des entrepreneurs quand ils cherchent quelqu’un pour prendre un job dans leur entreprise. Les uns ne reçoivent jamais de réponse parce que le boulot est d’emblée trop ingrat, les autres en reçoivent trop, parce qu’ils attirent des cohortes d’hurluberlus qui n’ont aucune véritable envie de travailler mais adorent se persuader du contraire et jouer ensuite aux victimes du « système ».

Alors, quand un candidat (ou une candidate, le genre ne fait ici rien à l’affaire) se présente, qu’il correspond aux besoins, qu’il est motivé, quand l’entrepreneur sent que ledit candidat va lui régler ses problèmes, il ne s’occupe ni de sa religion ni de sa couleur de peau, ni de savoir s’il a ou non des papiers, il le recrute aussi sec. Parce que l’entreprise a besoin de ce recrutement pour vivre.
********

Et cette réponse à un commentaire :

********
Je pense que vous ne mesurez pas l’état de la situation. Le Grand Remplacement ne commence pas, il est achevé.
********

Je trouve ce témoignage courageux, il y a de quoi se mettre tout le monde à dos.

Je suis perplexe. Je ne peux pas témoigner directement de ce que raconte Eric Verhaeghe, mais j’ai une fouletitude de témoignages indirects, non seulement d’employeurs, mais aussi d’employés peu qualifiés, qui font clairement le choix d’en ramer le moins possible. J’ai même des témoignages positifs en sens inverse : des employés peu qualifiés français, qui ont trouvé un emploi facilement, n’ont pas râlé, se sont accroché, et ne sont pas restés non-qualifiés très longtemps, mais bon, il faut en vouloir pour y arriver, et aussi avoir un peu de jugeote.

Il est certain que les cinq millions de chômeurs sont très loin d’être cinq millions d’employés potentiels.

Mais je me demande, sans du tout nier le phénomène décrit par Eric Verhaeghe, s’il n’y a pas un effet de loupe, lié aux grandes villes .

De plus, c’est une vision très parcellaire de l’immigration : certes, il y a  des immigrés qui remplacent les Français qui ne veulent pas trop se casser la nénétte (c’est normal, c’est étudié pour : cela fait partie du plan pour faire des Français des moutons sous assistance publique), mais il y a aussi les immigrés (souvent de vagues plus anciennes) qui n’en rament pas une et qui pourrissent notre pays (et aussi ceux qui travaillent et pourrissent quand même notre pays). Le bilan de l’immigration est très négatif pour notre pays, mais il y a des gens pour qui il est positif.

Il faut se replacer dans le contexte historique : jusqu’à la fin des années 70, le PCF est très hostile à l’immigration maghrébine (discours de Marchais, bulldozerisation de foyers Sonacotra) qui concurrence les ouvriers français. Avec les exploits du mitterrandisme, le PCF vire à 180° : les salauds de pauvres français, étant malgré tout en voie d’embourgeoisement, il investit les maghrébins comme le nouveau prolétariat. Il se retrouve en cela d’accord avec un certain patronat français, genre Bouygues, dont la montée en gamme est le cadet des soucis (il y a d’autres patrons qui voudraient monter en gamme, ceux-là apprendront à quitter la France). Plus profondément encore, les patrons ont compris que les musulmans n’ayant pas la culture de la liberté, et donc de la contestation, des Français, ils étaient un salariat plus malléable (piquer sa crise ou se faire sauter, ce n’est pas la même chose que d’organiser une grève). Voir cet article sur la RATP.

Comme dit Eric Verhaeghe, tout cela nécessite une sérieuse explication avec les Français, y compris avec les patrons.

Mais le plus probable, c’est que cette explication ne viendra pas et que c’est la réalité qui nous bousculera. En effet, le système actuel n’est possible qu’à deux conditions :

1) que l’immigration ne change pas de façon désagréable le pays.

2) qu’on puisse payer les feignasses à rien foutre dans un relatif confort.


Pas la peine que je vous fasse un grand dessin pour comprendre que, que sur ces deux points, il y a de l’eau dans le gaz. Depuis plus de dix ans, je prévois la banqueroute de l’Etat français entre 2015 et 2020, j’ai la tentation de repousser ces dates, mais, pour l’instant, je m’y tiens.

Syrie-Palestine

«Mais on doit garder à l'esprit cette réalité objective: en 70 ans de conflits israélo-arabes, il y eut trois fois moins de tués et dix fois moins de réfugiés qu'en seulement 5 ans de guerre en Syrie... »





dimanche, janvier 08, 2017

L'ami, François d'Assise et ses frères

Faire un film sur saint François d'Assise relève de la gageure. On risque sans cesse de tomber dans le kitsch, d'en faire trop. C'est pourquoi l'idée de décaler le projecteur sur frère Elie est intelligente.

Ce film est de la même trempe que Les filles au moyen-âge : ils réussit à éviter de tomber dans l'intellectualisme en gardant l'humilité, le mouvement et la joie.




Le fondateur de Terra Nova tombe pour pédophilie : silence dans les médias

Le fondateur de Terra Nova tombe pour pédophilie : silence dans les médias

Nota : le lien que je vous mets est un organisme de propagande russe (comme l'AFP est un organisme de propagande gauchiste) mais j'ai vérifié cette affaire sur d'autres sites.

Décidément, elle est belle la gauche morale et donneuse de leçons.

Comptez sur moi pour ne pas être silencieux.

samedi, janvier 07, 2017

L'envie et la difficulté

Only those who don't want to leave ««»«»see Brexit as mind-blowingly complicated

Je traduis : « Seuls ceux qui ne veulent pas quitter l'UE voient le Brexit comme follement compliqué ».

C'est un grand classique. Quand on ne veut pas de quelque chose mais qu'on n'est pas vraiment majoritaire, on dit « Oui, mais c'est très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très compliqué ».

Mais les gens sincères et motivés ne procrastinent pas, ils s'engagent et font au mieux. Ensuite corrigent comme ils peuvent les erreurs (1).

En fait, c'est une variante de Sénèque. Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles.

Et on nous joue le même sketch en France avec la sortie de l'Euro. Je suis bien sûr que la Banque de France a dans ses cartons une étude de sortie de l'Euro. D'ailleurs, Varoufakis a révélé que le ministère des finances grec a étudié la question et avait un scénario.

Ce n'est certes pas facile, mais s'en faire une montagne est une manière hypocrite de refuser de le faire.

***************
(1) : si deux adversaires, toutes choses égales par ailleurs, ont 95 % de chances de prendre la bonne décision pour le premier et 50 % pour le second, mais que ce dernier est deux fois plus rapide à prendre une décision, c'est lui qui l'emportera dans 51 % des cas contre 23 % pour le premier.








Belmondo engueule Melville



Jean-Paul Belmondo et Jean-Pierre Melville l... par franceinter




vendredi, janvier 06, 2017

La règne de l’indécence (épisode XXXX)

Paraît-il que Jacqueline Sauvage va passer sur France 2 ce soir au journal de 20 h.

Bien sûr, je ne la verrai pas. Ce cirque appelle plusieurs commentaires de ma part :

1) Quoiqu’elle puisse dire, elle est toujours considérée comme coupable de meurtre avec préméditation : la grâce présidentielle supprime sa peine mais ne l’innocente pas.

2) L’exploitation jusqu’à la corde de ce fait divers privé pour une cause militante m’écœure. D’autant plus que le symbole est fort mal choisi pour la cause à défendre, pourquoi ne pas prendre le cas d’un «  crime d’honneur », qui lui ne souffre d'aucune ambiguïté (il est vrai qu'il faut une prétendue erreur judiciaire pour faire prendre la sauce médiatique) ? A moins que la vraie cause ne consiste pas défendre les femmes mais à tuer les mâles blancs.

3) Il est regrettable que cette exhibition soit le fait d’une chaîne publique, donc vivant de l’extorsion de fonds aux moutontribuables.

4) Je ne peux m’empêcher de prendre cela comme une manière d’enfoncer le clou pour la police de la pensée, de rappeler qui commande après les commentaires peu amènes que cette grâce a suscités en dehors des medias qui pensent bien, de signifier une fois de plus que la seule parole ayant droit de cité est celle du Bien et « Fermez vos gueules, les sans-dents ! ».

Nous vivons sous le règne du mensonge. L’indécence est une forme de mensonge : elle consiste à faire semblant de croire qu’on peut exposer sans déchoir ce qui devrait rester caché.




François le velléitaire

Je parle pas de l’actuel président, mais du (pourquoi pas ?) futur président.

Je sais, je ne devrais pas en parler du tout, puisque je suis persuadé que tout ceci est un théâtre d’ombres, que le destin de la France se joue à Washington, à Berlin, à Moscou, à Londres, aussi peut-être à Rome, mais certainement pas à Paris.

François Fillon présente autant d’intérêt que Justin Bieber. Mais, comme l‘adolescente avec Justin, je ne peux m’empêcher de parler de François.

D’abord, le plus important. Il faut se méfier des François comme de la peste : François Mitterrand, François Hollande, François Chirac, François Sarkozy …

Ensuite, Eric Verhaeghe a fort bien analysé comment, avec le choix de son équipe et avec son cafouillage sur la Sécu, François Fillon s’est tiré une rafale d’orgues de Staline dans les panards.

Il n’a visiblement pas compris Trump : le compromis, ça fait ancien monde, continuité. Si on promet qu’on va faire la rupture après l’élection, il faut apporter des preuves avant l’élection en brisant les tabous.

Les histoires de personnes sont des hochets pour nous distraire des enjeux de fond. Le tabou ultime que François Fillon ne veut pas briser, qui le condamne à mener la même politique que Sarkozy et Hollande, c’est l’Euro. Seule la sortie de l’Euro (et, par suite, de l’UE) rendrait la cohérence à son programme. Je comprends qu’il ne veuille pas faire cette inquiétante (et pourtant salutaire) proposition, mais alors, pourquoi a-t-il un programme qui ne peut fonctionner qu’en sortant de l’Euro ? On ne peut que lui conseiller de revoir l’excellentissime discours de son mentor Seguin sur le traité de Maastricht. A l’épreuve du temps (25 ans déjà), il s’est bonifié et est devenu un monument d’intelligence prémonitoire (1) (c’est autre chose que le chevènementisme à la mode).

Marine Le Pen a, certes, la même incohérence, mais elle n’est pas dans la même position : elle vit (pour combien de temps encore ?) sur la lancée de son père.

C'est à cause de cette incohérence fondamentale que François Fillon continuera à paraître hésitant, velléitaire, à passer un mou, un éternel second, un collaborateur.

Cela ne l'empêchera peut-être pas d'être élu, puisqu'il faudra bien qu'il y ait un vainqueur au soir du deuxième tour. Mais cela nous permet de prédire que son éventuel mandat sera encore une perte de cinq ans pour la France.

Nota : ceux qui conseillent à Fillon un discours churchillien oublient juste que Churchill justifiait par une perspective : la victoire. Quelle perspective Fillon ouvre-t-il pour la France ?

***********************
(1) : je reproche aux autres les commentaires trop longs, mais là, je ne peux m’empêcher d’en citer de larges extraits (j’espère que vous me pardonnerez) :


Quand, du fait de l'application des accords de Maastricht, notamment en ce qui concerne la monnaie unique, le coût de la dénonciation sera devenu exorbitant, le piège sera refermé et, demain, aucune majorité parlementaire, quelles que soient les circonstances, ne pourra raisonnablement revenir sur ce qui aura été fait.

Craignons alors que, pour finir, les sentiments nationaux, à force d'être étouffés, ne s'exacerbent jusqu'à se muer en nationalismes et ne conduisent l'Europe, une fois encore, au bord de graves difficultés, car rien n'est plus dangereux qu'une nation trop longtemps frustrée de la souveraineté par laquelle s'exprime sa liberté, c'est-à-dire son droit imprescriptible à choisir son destin
On ne joue pas impunément avec les peuples et leur histoire. Toutes les chimères politiques sont appelées un jour ou l'autre à se briser sur les réalités historiques. La Russie a bel et bien fini par boire le communisme comme un buvard parce que la Russie avait plus de consistance historique que le communisme, mais à quel prix ? 

[...]

Dans cette affaire éminemment politique, le véritable et le seul débat oppose donc, d'un côté, ceux qui tiennent la nation pour une simple modalité d'organisation sociale désormais dépassée dans une course à la mondialisation qu'ils appellent de leurs vœux et, de l'autre, ceux qui s'en font une tout autre idée.

La nation, pour ces derniers, est quelque chose qui possède une dimension affective et une dimension spirituelle. C'est le résultat d'un accomplissement, le produit d'une mystérieuse métamorphose par laquelle un peuple devient davantage qu'une communauté solidaire, presque un corps et une âme. Certes, les peuples n'ont pas tous la même conception de la nation : les Français ont la leur, qui n'est pas celle des Allemands ni celle des Anglais, mais toutes les nations se ressemblent quand même et nulle part rien de durable ne s'accomplit en dehors d'elles, la démocratie elle-même est impensable sans la nation.

De Gaulle disait : « La démocratie pour moi se confond exactement avec la souveraineté nationale.» On ne saurait mieux souligner que pour qu'il y ait une démocratie il faut qu'existe un sentiment d'appartenance communautaire suffisamment puissant pour entraîner la minorité à accepter la loi de la majorité! Et la nation c'est précisément ce par quoi ce sentiment existe. Or la nation cela ne s'invente ni ne se décrète pas plus que la souveraineté !

[...]

En premier lieu, il renouvelle le choix d'une politique qu'on pourrait qualifier de « monétarienne », qui est synonyme de taux d'intérêt réels élevés, donc de frein à l'investissement et à l'emploi et d'austérité salariale. Notons à ce propos l'hypocrisie fatale qui consiste à parler de « franc fort » lorsque le refus de la dévaluation se paie du blocage de l'investissement et de l'explosion du chômage. C'est très exactement la réédition de la «politique du bloc-or » qui a conduit l'industrie française à la crise au cours des années trente. Bonjour la modernité !

[...]

Enfin, et je souhaite insister sur ce point, la normalisation de la politique économique française implique à très court terme la révision à la baisse de notre système de protection sociale, qui va rapidement se révéler un obstacle rédhibitoire, tant pour l'harmonisation que pour la fameuse « convergence » des économies.

Que la crise de notre État providence appelle de profondes réformes, je serai le dernier à le contester. Que cette modernisation, faute de courage politique, soit imposée par les institutions communautaires, voilà qui me semble à la fois inquiétant et riche de désillusions pour notre pays. Il suffit d'ailleurs de penser à cette «  Europe sociale» qu'on nous promet et dont le Président de la République, lui-même, inquiet, semble-t-il, des conséquences de la monnaie unique, cherchait à nous convaincre, à l'aurore de ce 1er mai 1992, qu'elle aurait un contenu, qu'elle nous assurerait un monde meilleur. Hélas, quand on lit les accords de Maastricht, on ne voit pas très bien où est le progrès social !

[...]

Il est temps de dire que bâtir l'Europe des Douze sur la peur obsessionnelle de la puissance de l'Allemagne est tout de même une bien étrange démarche, proche de la paranoïa. D'autant qu'à force de vouloir faire cette intégration à tout prix, on va finir par faire l'Europe allemande plutôt que de ne pas faire l'Europe du tout, ce qui serait un comble.

Il ne servira à rien de tenter de ficeler l'Allemagne. Car l'Allemagne, et c'est bien naturel dans sa position, et avec les moyens dont elle dispose, ne renoncera à sa souveraineté que si elle domine l'ensemble, certainement pas si elle lui est subordonnée.

Le débat qui se développe en ce moment en Allemagne à propos de Maastricht en fait la démonstration : les Allemands veulent bien d'une banque centrale européenne, mais seulement si celle-ci est peu ou prou entre les mains de la Bundesbank, et d'une monnaie unique, si celle-ci s'appelle le mark.

Et comment peut-on imaginer que l'Allemagne va renoncer à jouer son jeu en Europe centrale ? N'a-t-elle pas d'ailleurs clairement annoncé la couleur quand elle a reconnu unilatéralement la Croatie, sans se soucier des engagements communautaires qu'elle avait pris quelques semaines auparavant ?

Une fois de plus, il nous faut considérer le monde tel qu'il est et non tel qu'on voudrait qu'il soit. Et dans ce monde-!à, ce que la France peut apporter de plus précieux à l'Europe, c'est de trouver en elle-même assez d'énergie et de volonté pour devenir un contrepoids, pour équilibrer les forces en présence, pour peser lourd face à l'Allemagne, sinon pour faire jeu égal avec elle.

Le meilleur service que nous pouvons rendre à l'Europe, c'est donc de nous engager résolument sur la voie du redressement national, c'est de restaurer la cohésion nationale et l'autorité de l'État.

Encore faut-il que nous gardions les mains assez libres pour cela.